mercredi 13 août 2008

Grâce à Ivan, le cousin de Christophe, passionné de haute montagne, nous avons eu la grande chance de découvrir la magie des glaciers. L'année dernière, c'était un we mi-juillet près de Chamonix, à l'Aiguille du Tour.

Et cette année, on a remis ça avec Benoît, un de ses amis, dans le parc des Ecrins, avec pour objectif la Tête Sud du Replat, au départ de St Christophe en Oisans.

En quelques mots :

Nuit à la belle près de Grenoble

Marche d'approche jusqu'au refuge le samedi, en plein azur, au milieu des fleurs, au bord de l'eau cascadeuse.

On devine au loin le sommet à gravir, qui devient tout proche quand on arrive au refuge...

Dîner au coucher du soleil sur la terrasse du refuge (inévitables soupe et pâtes!).

Départ à la frontale le dimanche tôt, dans le pierrier, puis sur le glacier, qui de presque plat devient bien raide sur la fin.

De l'arête sommitale, une vue superbe, éblouissante.

Encore quelques efforts, des caillasses à grimper juqu'au sommet.
Le soleil est bien présent maintenant, la roche et la neige scintillent, au loin les silhouettes bleutées de l'Italie.

Qu'on est bien la-haut!

Sur le retour, petit exercice de neige en pente quasi-verticale.

La neige se rammolit, il est temps d'arriver au pierrier, la faim se fait sentir...

Les ventres remplis, c'est la cavalcade ensoleillée juqu'à St Christophe, puis la route et... Paris.

Ces paysages nous emplissent le coeur et viennent titiller nos rêves, la montagne nous manque déjà...
Pourquoi sommes-nous si bien dans ces hauteurs?

Merci Ivan pour ta patience et ton entrain.
On suivra ton 7000 en Argentine puis ton 8000 au Tibet passionnément!!!

Toutes les photos ici.

 
dimanche 20 juillet 2008

Yourte C'était il y a trois semaines et c'était pour un baptême. Celui de Salomé, la petite de Marielle et Jonathan, celle pour qui nous avons remplacé un week end de cyclotourisme par du canoë l'an passé, et dont Nathalie est maintenant la marraine.

Et la petite famille vit dans une yourte, près de Muret, à une heure au sud de Toulouse.

En plus d'avoir été l'attraction phare des invités, la yourte est toujours accueillante. C'est un type d'habitation fait d'une pièce sur le modèle des habitations traditionnelles mongoles, dont le moins que l'on puisse dire est qu'on n'en trouve pas partout. Pour plus d'infos : France Yourte et Yourte.com.

Jonathan a commencé une prometteuse carrière de maraicher. C'était l'occasion de voir ce que donnaient ses cultures, qui ont nourri pour l'occasion près de 70 personnes.

Il faut dire que depuis leur installation et le début de son travail le 1er février, il a couvert seuls plusieurs hectares de culture et 3 serres.

Chapeau Jojo !

L'ambiance est toujours excellente chez eux, du dîner de la veille...

..au lendemain.

On a un peu participé, à la musique et aux crêpes.

Quelques portraits.

La totale se trouve ici.

 
vendredi 9 mai 2008

Nous nous sommes rendus à Assise pour profiter du pont du 1er mai ; ce qui fait que je suis aujourd'hui seul au boulot pendant que tous mes collègues profitent de celui du 8.

C'était une destination surprise pour Nathalie, une idée de moi et un régal pour nos petits yeux (et nos estomacs).

Le trajet nous a fait passer par Pise et Florence.

La Basilica de San Francesco

Un vicolo

La Rocca Maggiore

La Rocca Minore

Gli Gelati

Petit récit à venir...

Toutes les photos ici.

Que faire à Florence quand on a une heure de changement ?

Cette question nous a taraudés jeudi 1er mai dernier. Arrivés à l'aéroport de Pise la veille au soir, nous étions en transit pour Assise. Heureusement, la gare Santa Maria Novella se trouve en plein centre ville. Malheureusement, elle était pleine de tifosi de la Fiorentina. Pas facile de s'entendre. Nathalie, dont les années lycée et autres vacances lui ont permis de visiter cette ville un quart de douzaine de fois, a fait le choix et le guide.

Direction l'Arno et le Ponte Vecchio.

C'est fascinant, surtout quand on n'en a jamais entendu parler. C'est une sorte de zone de commerce (de joaillerie) perchée sur le cours d'eau depuis l'ère médiévale.

Qui respecte les jours fériés de surcroît.

Retour via une place de marché, et la cathédrale.

Trop de lumière assombrit la photo...

Mais on ne va pas se plaindre du temps de malade qu'on a eu.

Mais que font tous ces gens ?

Ah oui...

Et comme je suis un gros beauf qui s'assume :

Je dérange même Nathalie pour me servir de modèle :

Pas mal quand même, non ?
J'enlèverais bien les gens de la photo de gauche si j'en avais la patience...

Elle a aussi essayé, finalement :

Sans commentaire.

 
mardi 13 novembre 2007

Nous sommes allés voir samedi soir l'Orchestre de Contrebasses, au théâtre du renard à Paris.

orchestre de contrebasses

Cet orchestre a été monté par Christian Gentet, qui n'est autre que le pap' de Camille, comme dit Guillaume mon couz.

J'ai trouvé un clip sur youtube pour le faire partager :

Je ne comprends pas toutes les images qu'on y voit, mais le premier morceau est exactement ce qu'on a entendu. Fabuleux.

On en est revenu avec deux CDs. Très chouettes.

Toutes les informations pratiques se trouvent ici.

Quand le soleil se fait désirer à Paris, il faut aller le chercher !

Bien qu'encore un peu tanné des vacances de septembre, j'ai fait le pont de la Toussaint avec Nathalie pour 4 jours de croisière au départ de Toulon. Le plan était idéal, via Aure qui nous a présenté Amaury B., qui a eu l'excellente idée pour ses amis de s'engager il y a quelques années dans la Marine Nationale, par l'entremise de laquelle nous avons pu louer un Sun Odissey 33 fringuant, fier, nerveux.. et pour pas cher.

Les amis d'Amaury ont été nos amis et nos équipiers pendant ce délicieux week end - et sans doute pour longtemps.. Amaury S, Emmanuel, Anne et Marie-Amélie nous ont accueillis supportés avec chaleur et bon esprit. Très sympa.

Le temps fut.. hem, sans vent, mais incroyablement ensoleillé et radieux.

Ah, je n'ai jamais autant apprécié d'avoir oublié mon maillot de bain !.. Non pas que ça m'ait plu de voir les autres se baigner sans moi, mais pour le bonheur d'avoir d'avoir un climat qui le fasse regretter..

Je ne connais rien de la navigation en méditerranée, sinon le coup des pendilles qui remplacent les catways au port, mais apparemment il n'y a rien de plus simple, car comme le disait Amaury B., chef de bord, "il n'y a ni marée, ni courant, et les côtes sont à pic !" En clair, on n'a pas sorti la carte une seule fois...

Le premier stop jeudi soir fut à Porquerolles, où nous avons pu bénéficier de la chaude ambiance des Voiles d'Automne 07. Non pas la course de St Tropez (qui d'ailleurs avait lieu une semaine après) mais l'affaire d'une bande dégivrés, pour la plupart parisiens.. venus faire la fête nombreux. 4 bateaux de 40 à 52 pieds (un vrai monstre, celui là).. Tellement mondain qu'on y connaissait tous quelqu'un..

Pour intéresser un peu l'itinéraire, nous sommes partis le lendemain avant le lever du soleil, pour prendre un petit déjeuner à Port-Cros.

..où nous sommes finalement restés toute la journée ! entre balade, plage et repos...

avant d'aller mouiller dans une petite crique. Exit les rêves de longue traversée, de nav nocturne, de St Trop' et du Lavandou...

Le lendemain retour très tranquille vers Porquerolles, en faisant un grand tour des îles.

Pour la petite histoire, au premier envoi de spi, le mousqueton du point de tire a honteusement lâché (comment ça, mal fixé ?) et la drisse est restée coincée en tête de mât. Emmanuel s'est chargé d'aller le chercher, une fois au port.

Gros restau le samedi soir, de moules, de vin corse et de sardines grillées... J'ai pu faire une longue course le lendemain jusqu'au cap des Medes à la pointe de l'île, en compagnie d'Amaury S. qui m'a épuisé. 35 minutes aller pour une chouette vue sur la côte.

Le reste du dimanche fut consacré au retour tranquillou dans le port de Toulon, pour des adieux déchirants.

Une partie des photos que vous voyez ici ont été prise par Aure. Le reste par Nath et moi.

 
dimanche 12 août 2007

On s'est fait plaisir le week end dernier.

Au départ il était prévu de retrouver nos amis cyclotouristes et toulousains Jonathan et Marielle pour pédaler un peu en leur compagnie. En dehors des craintes formulées par nos mollets à l'idées d'avoir à suivre les leurs - fort bien entrainés, c'était plutôt une bonne nouvelle. Ca n'a d'ailleurs pas été facile de trouver des dates pour satisfaire tout le mondece qui fut fait, après la transformation de ce qui devait être un séjour d'une semaine en un plus modeste week end.

La nouvelle arriva quelques jours plus tôt. Marielle est enceinte, et ne se voit pas pédaler dans les montées (ni ailleurs, en fait).. Leur proposition de remplacement fut d'aller descendre un peu de la Dordogne en canoë ! Bien sûr, on a dit banco, après moults félicitations..

Quelques photos sont en ligne et témoignent du temps incroyable qu'on a eu. C'était d'un calme... Il n'y a rien de mieux qu'être dans l'eau pendant deux jours sous 35° sans nuage...

Le principe de l'organisation est très pratique, on se rend à mi-chemin du parcours pour y déposer de quoi passer la nuit de samedi à dimanche, le Camping de St Sozy pour être précis, et une navette nous emmène au début du parcours, en amont.

La journée entière s'est passée idéalement, la nuit aussi, à souffrir de nos coups de soleil, puis le dimanche nous a vu descendre au terme de la descente à Souillac où une navette nous a remontés à St Sozy trouver voiture et affaires pour repartir, fourbus et bronzés.

 

propulsé par DotClear | Design by: styleshout | Valid XHTML | CSS